Campagne

Campagne

En 2004, la Ligue francophone belge contre l’Epilepsie a relayé la campagne mondiale "Epilepsy, out of the shadows" en diffusant un spot TV et radio diffusé sur les principales chaînes de la Communauté française de Belgique. Ce spot a été réalisé grâce au soutien de la Communauté française.

La campagne "Epilepsy, out of the shadows" est une initiative conjointe de l’Organisation Mondiale de la Santé - OMS - et des deux organisations internationales de l’épilepsie : la Ligue Internationale contre l’Epilepsie - ILAE - fondée en 1909, et le Bureau International pour l’Epilepsie -IBE - fondée en 1961. Ces deux organisations regroupent les Ligues et Associations de professionnels et de personnes concernées de plus de 70 pays à travers le monde, dont la Belgique.

vidéoVisionnez notre spot TV au départ de ce site...

Votre avis nous intéresse !

(Téléchargez Quick Time pour visionner le spot )

Le but de cette campagne mondiale est de sortir l’épilepsie de l’ombre, en améliorant le diagnostic, le traitement, la prévention et l’acceptation sociale à travers le monde, l’un des principaux objectifs étant de sensibiliser davantage le public et les professionnels et de dissiper les idées fausses qui circulent encore.

Le spot de sensibilisation diffusé en Belgique francophone concluait avec la phrase "comprendre, c’est déjà aider - Ensemble, sortons les épilepsies de l’ombre" .

En effet, au fil de l’histoire, l’épilepsie a malheureusement eu une connotation le plus souvent péjorative. Elle a ainsi été chargée de mythes et de préjugés essentiellement en raison du caractère effrayant de certaines crises. Ceci est responsable d’une exclusion qui persiste encore de nos jours malgré la compréhension des mécanismes de l’épilepsie et le développement de nouveaux traitements, efficaces chez un grand nombre de patients.

Malgré tout, un tiers environ des patients épileptiques ne guérissent pas. La complexité du problème est telle que bien des questions amenées par les médecins spécialistes demeurent encore sans réponse.

La solution est donc plurielle : les épilepsies se soignent médicalement, mais aussi socialement. L’impact des éléments d’ordre psychosocial sur la qualité de vie des personnes concernées et de leur entourage n’est pas négligeable.

Trop souvent encore, l’épilepsie produit le même type de réactions, de manière plus ou moins marquée : peur, incompréhension, rejet social de la personne concernée. Le manque d’information pertinente du grand public sur ce qu’est une épilepsie induit une peur de l’inconnu, et une méfiance injustifiée. De fausses croyances circulent, qu’il convient de démentir. Elles concernent des thèmes tels que : l’hérédité, le caractère de la personne épileptique, ses capacités d’apprentissage, son intelligence... De même, beaucoup de personnes pensent -à tort- qu’il y a un risque d’avaler sa langue si on fait une crise, ou encore, qu’il faut absolument appeler une ambulance en cas de crise, etc.

Ne pas savoir comment réagir si l’on est témoin d’une crise peut avoir des conséquences pénibles pour la personne qui a la crise : gestes de secours inappropriés, incompréhension, peur et panique injustifiée, etc.

« Je souffre plus du regard des autres que de mes crises », disait un patient.

Au-delà des différents types de crises, chaque cas est différent ; comprendre cela, c’est faire un premier pas pour aider les personnes concernées par l’épilepsie.